Publié 15.09.2015 

La croissance externe peut constituer un formidable levier de transformation pour l’entreprise. Pourtant, elle reste peu utilisée en France, souvent rejetée par dogmatisme et/ou par réticence à ouvrir son capital, ce qu’elle implique fréquemment. Pour déconstruire ces craintes peu ou pas fondées, Bpifrance Le Lab publie « Acquérir pour bondir : la croissance externe au service de la transformation de l’entreprise ». Souvent opposée - à tort - à la croissance organique et à la R&D interne, la croissance externe est un outil complémentaire – et même souvent incontournable – pour franchir certains caps, renforcer la compétitivité de l’entreprise et lui permettre de rester dans le tempo du marché. 

L’étude « Acquérir pour bondir » s’est penchée sur deux formes de croissance externe « transformantes » :

  • L’acquisition-agrégation (ou build-up) d’une part, qui permet à une PME ou à une start-up d’atteindre rapidement une taille critique et une position de marché significative, en combinant croissance interne et acquisitions ciblées.
  • L’acquisition-innovation d’autre part, qui permet d’obtenir des ressources-clés (brevets, savoir-faire, portefeuille de clients…) à travers l’acquisition d’entreprises innovantes, pour rester compétitif, renforcer la R&D interne ou encore pénétrer de nouveaux marchés porteurs. 

L’un des constats marquants de l’étude est l’exploitation insuffisante de ces deux leviers de transformation en France.

  • Bpifrance Le Lab estime entre 300 et 500 le nombre d’opérations d’acquisition-agrégation réalisées chaque année en France. Or, il en faudrait environ cinq fois plus dans les 10 ans à venir pour combler le nombre d’ETI manquantes en France (4 000 environ par rapport à l’Allemagne notamment).
  • Les entreprises françaises, et notamment les grandes, ne se positionnent pas suffisamment sur l’acquisition-innovation. Résultat : les plus belles pépites françaises passent sous pavillon étranger : Price Minister acquis par Rakuten, Aldebaran par Softbank, Messagraph par Twitter…  Alors que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) ont acquis 160 start-up au cours des trois dernières années, l’ensemble du SBF 120 en a acquis à peine 40 !

« Acquérir pour bondir » a pour objectif de sensibiliser les dirigeants de PME et de grands groupes sur le fait que la croissance externe peut être un précieux levier de croissance et d’accélération sur des marchés où la taille et le timing jouent un rôle déterminant. A la clef, 10 recommandations issues des meilleures pratiques observées et partagées par les dirigeants et les professionnels du secteur.