Bpifrance Le Lab se dote d’un Conseil d’orientation, composé de personnalités interdisciplinaires et présidé par Nicolas Dufourcq.

Le Conseil d’orientation a pour missions :

  • d’émettre un avis consultatif sur les décisions stratégiques de Bpifrance Le Lab : ligne éditoriale, programmation des publications et des événements, partenaires, etc ;
  • de participer à des travaux de réflexion sur les PME organisés par Bpifrance Le Lab ;
  • de valoriser les actions de Bpifrance Le Lab (communication sur les résultats des travaux, participation aux événements, etc).

Les membres du Conseil d’orientation participent à titre personnel et n’engagent pas les institutions auxquelles ils appartiennent.

Le Conseil d’orientation a été choisi pour refléter la richesse des univers qui s’intéressent aux PME. Il se compose de personnalités en provenance des mondes académique et entrepreneurial. 

Agnès Bénassy-Quéré

Agnès Bénassy-Quéré est Professeur à l’École d’économie de Paris - Université Paris 1 et Présidente-déléguée du Conseil d’analyse économique. 

Elle détient un doctorat d’économie de l’Université Paris-Dauphine. Elle a tout d’abord travaillé au ministère des Finances et de l’Industrie, comme économiste au Bureau de la politique économique, avant de rejoindre l’université : Cergy-Pontoise, Lille 2, Paris Ouest, École polytechnique. Elle a aussi été Directeur adjoint, puis Directeur du CEPII, le principal centre de recherche français en économie internationale.

Agnès Bénassy-Quéré est membre de la Commission Économique de la Nation et du Cercle des économistes.  Elle a  été membre du ECB Shadow Council. Elle est chercheur associé du CESifo (Münich). Ses recherches portent principalement sur le système monétaire international et sur la politique macroéconomique en Europe. Elle tient une chronique sur France Culture.

Marie Ekeland

Marie Ekeland est Associée chez Elaia Partners, société de capital-risque dédiée à l'économie numérique, et siège notamment aux conseils d’administration de Allmyapps, Criteo, Scoop.it, Teads, Wyplay et Ykone. 

Elle a débuté sa carrière en 1997 en tant qu'informaticienne au sein de la banque d’affaires JP Morgan, d’abord à New York, où elle a participé au développement d’une application destinée aux salles de marché Fixed Income, puis à Paris, où elle a géré l’équipe en charge de son support global.

En 2000, Marie intègre l’équipe d’investissement dans l’innovation de CPR Private Equity, puis poursuit sa carrière au sein de l’équipe Capital Risque de Crédit Agricole Private Equity, avant de rejoindre Elaia Partners en 2005.

Marie est co-fondatrice et co-Présidente de l’association France Digitale (francedigitale.org), unissant entrepreneurs et investisseurs de l’innovation numérique pour le développement de cet écosystème. Elle est également membre du Conseil National du Numérique.

Marie est titulaire d’un diplôme d'ingénieur en mathématiques et en informatique de l'Université Paris IX Dauphine ainsi que d'un master d’Analyse et Politique Economique à l’Ecole d’Economie de Paris.

Olivier Faron

Olivier Faron, nouvel administrateur général du Cnam depuis le 1er septembre 2013

Olivier Faron, professeur des universités, a été nommé administrateur général du Conservatoire
national des arts et métiers (Cnam) par décret du président de la République en date du 25 juillet
2013. Il remplace à ce poste Christian Forestier, inspecteur général de l’Éducation nationale, admis à
faire valoir ses droits à la retraire. Olivier Faron était directeur général de l’École normale supérieur de
Lyon depuis avril 2012.

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé et docteur en histoire, titulaire d’une
habilitation à diriger des recherches, Olivier Faron a été membre de l’École française de Rome (1987-1990),
chargé de recherches au CNRS (1990-2000) puis professeur des universités à Lyon-II (2000-2002) et Paris-IV
Sorbonne (depuis 2003). Membre du Centre Roland Mousnier (UMR 8596 – Paris-IV Sorbonne) puis du
laboratoire Triangle (UMR 5206 – ENS Lyon), ses recherches portent principalement sur la démographie des
sociétés méditerranéennes des XIXe et XXe siècles, l'anthropologie historique de la première guerre mondiale et
l'histoire des chantiers de jeunesse sous la seconde guerre mondiale. Il a notamment publié Les enfants du deuil.
Orphelins et pupilles de la nation de la première guerre mondiale (1914-1941) (Paris, La Découverte, 2001) et Les
chantiers de jeunesse. Avoir 20 ans sous Pétain (Paris, Grasset, 2011).

Parallèlement, Olivier Faron fut membre du cabinet de François Fillon, ministre de l’Enseignement supérieur et
de la recherche (1993-1995), directeur-adjoint du programme Dynamiques urbaines du CNRS (1997-1198) puis
directeur-adjoint de l’Institut des sciences de l’homme de Lyon (2000-2005). Conseiller pour les sciences
humaines et sociales et les relations entre science et société auprès de Claudie Haigneré, ministre déléguée à la
Recherche et aux nouvelles technologies (2004-2005), il rejoint ensuite la direction générale de l’enseignement
supérieur en qualité de chargé de mission scientifique et pédagogique (2004-2005) avant d’être nommé directeur
de l’École normale supérieur Lettres et sciences humaines de Fontenay-Saint-Cloud (2005-2009). Directeur
général de l’École normale de Lyon (2010-2011), il rejoint le cabinet de Laurent Wauquiez, ministre de
l’Enseignement supérieur et de la recherche, en qualité de directeur-adjoint en charge de l’enseignement
supérieur (juillet 2011 - avril 2012).

Olivier Faron est expert européen auprès de l’European Research Council (depuis 2008) et docteur Honoris
causa de l’Université d’Ottawa (2012). Ancien président de la Société de démographie historique, il a notamment
été membre des conseils d’administration du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et de l’École des
hautes études en sciences sociales (EHESS) ainsi que vice-président du Pôle de recherche et d’enseignement
supérieur Université de Lyon.

Olivier Faron est chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur et des Palmes académiques.

Le Cnam est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel. Pourvu du statut de
grand établissement, il est placé sous la tutelle du ministre chargé de l’Enseignement supérieur. Il est doté d’un
conseil d’administration, présidé depuis 2005 par Gérard Mestrallet, P-DG du groupe GDF-Suez. Il est dirigé
par un administrateur général nommé, pour une durée de cinq ans renouvelable une fois, par décret du président
de la République pris sur le rapport du ministre chargé de l’Enseignement supérieur, sur proposition du Conseil
d’administration, après appel à candidatures.

Romain Ferrari

Né à Lyon en 1960, diplômé du brevet d’Officier Polyvalent de la Marine Marchande (Officier Mécanicien et Pont).

Mobilisé en tant qu’officier de réserve de la Marine Nationale en 1984 en mission au Liban sur le Porte-Avions Clemenceau, il exerce ensuite pendant cinq ans le métier d’ingénierie notamment au sein du groupe TECHNIP avant de s’installer à son compte.

Directeur Général de l’entreprise Serge Ferrari depuis 1991 (ETI 600 personnes, 140 millions d’Euro de CA), fabricant industriel de matériaux composites souples avec une offre globale répondant aux enjeux de la construction durable, la maîtrise énergétique, la protection et renouvellement des ressources, le design.

  • Création d’une chaîne de singularités industrielles et commerciales atypique, moteur du développement, en B to B, dans un marché très concurrentiel.
  • Engagements RSE intégrés dans cette chaîne des valeurs singulières.

Président fondateur (en 2011) de Fondation 2019, structure de financement de recherches sur la transcription économique des aspects environnementaux et sociaux.

  • Recense et développe  des outils de transcription économique des impacts environnementaux et sociaux consécutifs.
  • Développe des outils spécifiques pouvant servir à évaluer la part des externalités qui sont partiellement ou totalement absents des calculs économiques, sur les transactions courantes Production-Consommation (application cible : TVA Circulaire)  ou sur les Programmes d’Investissements (application cible potentielle : TRI étendu).

Armand Hatchuel

Professeur (classe exceptionnelle) à Mines ParisTech. Directeur adjoint du Centre de Gestion scientifique (1995-2013). 

Co-responsable, depuis 2009 de la Chaire de Théorie et méthodes de la conception innovante de Mines Paris Tech.

Armand Hatchuel est l’auteur de nombreux travaux sur l’organisation des entreprises qui mettent l’accent sur les conditions cognitives et sociales de la création collective. Il s’est aussi attaché à définir les fondements épistémologiques et historiques des sciences de Gestion.

En 2003, ses travaux avec Benoit Weil sur le rôle méconnu des activités de conception dans la formation des richesses et des révolutions industrielles ont conduit au développement d’une théorie de la rationalité créatrice (Théorie C-K)qui a connu une large reconnaissance internationale et a de nombreuses applications  dans l’industrie, notamment pour de nouvelles approches de la R&D et des processus d’innovation.  Elle connaît aussi de nombreux impacts scientifiques dans différents champs de l’histoire, de la psychologie et de la philosophie.

Il a reçu plusieurs distinctions scientifiques nationales et internationales. Derniers ouvrages parus, en collaboration : «Les nouvelles fondations des sciences de gestion (3è édition Presses des mines 2013), « Refonder l’entreprise » (seuil 2011 » Prix de la meilleure recherche académique e Management), « L’activité marchande sans le marché ? » (Colloque de Cerisy et Presses des Mines 2010), « The strategic management of innovation and Design » (Cambridge University Press 2010). 

Il est membre de l’Académie des Technologies (2010).

Il assure depuis 2005, une chronique  mensuelle dans le cahier Eco-entreprise du journal « Le Monde ».

Nadine Levratto

Titulaire d’un doctorat en sciences économiques de l’université de Nice Sophia-Antipolis sur le financement bancaire des entreprises et le rationnement du crédit et de l’Habilitation à Diriger des Recherches. 

Nadine Levratto a intégré le CNRS en 1992 et est actuellement affectée à EconomiX, unité CNRS à l’université de Paris Ouest, Nanterre, La Défense. Ses principaux domaines de compétence sont:

  • Compétitivité et performance des entreprises
  • Dynamiques industrielles et croissance des firmes
  • Faillites d’entreprises
  • Politiques publiques de soutien aux entreprises
  • Evaluation des politiques publiques territoriales
  • Internationalisation des PME en région MENA

Nadine Levratto est l’auteur de plusieurs ouvrages, chapitres d’ouvrages et d’articles dans des revues académiques et a présenté des communications à de nombreuses conférences académiques et non-académiques. Elle a également piloté plusieurs études et projets de recherche commandités par des Ministères français (Economie et Finances, PME, outre-mer), des collectivités locales (Assemblée des Communautés de France, Corse) et des banques (Oséo, Institut pour la Recherche de la CDC). Elle organise et coordonne des séminaires qui portent notamment sur les faillites bancaires ou la croissance des entreprises ainsi que des séminaires internes. Elle est membre du bureau du Réseau de Recherche sur l’Innovation, participe au secrétariat et au comité de rédaction de plusieurs revues académiques, fait partie du comité scientifique de diverses conférences et dirige l’organisation du Forum Innovation VI.

Nadine Levratto a encadré un grand nombre de thèses de doctorat et de mémoires de Master et a fait partie de plusieurs jurys de thèse. Elle a assuré des enseignements dans diverses établissements d’enseignement supérieur (Paris Ouest, Nanterre La Défense et Paris 1 Panthéon Sorbonne, ENS de Cachan, etc.) sur les relations banques-entreprises, les groupes d’entreprises, l’innovation dans le domaine de l’environnement. Elle est également membre de l’Ecole doctorale “Economie, Organisations et Société » de l’université de Paris Ouest, Nanterre La Défense et du Programme PhD Universa Ecricome.

Nadine Levratto a fait partie pendant 10 ans de la délégation française au groupe de travail sur les PME et l’entrepreneuriat (GTPMEE) de l’OCDE et a contribué aux activités de ce groupe de travail en particulier dans le domaine du financement des PME. Elle a ainsi pris part à des conférences internationales à haut niveau et des rencontres d’experts (Genève, 2001; Brasilia, 2006; Kansas City, 2008; Paris, 2010,…) visant à produire des recommandations en faveur de la création d’emploi et de la croissance économique. Elle a aussi contribué à la conception du Tableau de Bord sur le Financement des entreprises et de l’entrepreneuriat . Elle est régulièrement consultée par différents organismes et institutions dont la Commission Européenne (DG Entreprise et Industrie), l’OCDE, Mediobanca à Milan.

Publications récentes

Les entreprises du secteur compétitif dans les territoires. Les déterminants de la croissance, Rapport d’étude pour l'AdCF et l'Institut CDC pour la recherche, 2013 (avec Denis Carré)

Crisis, Innovation  and Sustainable Development. The Ecological Opportunity, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, 2012 (avec B. Laperche et D. Uzunidis).

La défaillance des entreprises. Étude sur données françaises entre 2000 et 2010, Publication Oséo, Collection "Regards sur les PME", n° 21, Paris, La Documentation Française, 2011 (avec L. Tessier et M. Zouikri)

Les Performances des territoires. Les Politiques locales, remèdes au déclin industriel, Paris, Le Manuscrit, 2011 (avec Denis Carré).

Jean-Hervé Lorenzi

Jean-Hervé Lorenzi est Président du Cercle des Economistes, Conseiller du Directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild, Président du Pôle Finance Innovation. Il est également titulaire d’une chaire : « Transition Démographique, Transition Economique » de la Fondation du Risque,  responsable de la Revue Risques.

Jean-Hervé Lorenzi a commencé sa carrière en 1975 en tant que Professeur d’ Economie à l’Université de Paris XIII et à l’école Normale Supérieure.

Entre 1979 et 2000, il a été Conseiller auprès du Président du Groupe Havas (développement des nouvelles technologies) ; Directeur Adjoint de la DIELI (Direction des Industries Electroniques et Informatiques) au Ministère de l’Industrie, Chef de la Mission Informatique ; Conseiller technique du Ministre de l’ Industrie en charge des nouvelles technologies ; Conseiller Economique du Premier Ministre ( industrie, services, télécommunications) ; Directeur Général de CEA Industrie et Directeur Général Adjoint puis Directeur Général Délégué de Gras Savoye. Il a été Professeur à l’Université Paris-Dauphine et Directeur du Master 218.

Il est docteur en sciences économiques et a reçu, pour cette thèse, le prix 1975 de l’A.F.S.E (Association Française de Sciences Economiques). Il a également été reçu premier à l’agrégation des Facultés de Droit et Sciences Economiques en 1975. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles et participe à diverses émissions de radio et de télévision.

Marie Meynadier

Marie Meynadier a rejoint BellCore (Red Bank, NJ) après son doctorat, puis le prestigieux ATT Bell Labs (Murray Hill, NJ) où elle a mené des recherches sur les dispositifs semi-conducteurs. De retour en France, elle a pris la direction d’importants programmes de développement nationaux et internationaux en électronique, optique et micro-électronique associés à la création de plusieurs start-ups dans ces domaines. 

Elle a rejoint le domaine médical en prenant en 1999 la direction de la start-up biospace lab spécialisée dans l’imagerie préclinique, qu’elle a rendu rapidement profitable, avant de développer EOS imaging.

Marie est aujourd’hui CEO d’EOS imaging, une jeune société d’imagerie médicale qui a développé et commercialise un équipement innovant de stéréo-radiographie 2D/3D à très faible dose d’irradiation dédié aux pathologies ostéo-articulaires et aux thérapies qui leur sont associées, telle que la chirurgie orthopédique. La société est cotée en bourse depuis 2012,  a réalisé un CA de 15m€ en 2013, principalement à l’export, et a enregistré un taux de croissance annuel de 36%  sur la période 2008-12 et de 60% en 2013.

Marie possède un diplôme d’ingénierie électronique de Sup Telecom et un PhD (doctorat) de l’Ecole Normale Supérieure

Philippe Moati

Docteur ès sciences économiques de l’Université de Paris 1, Philippe Moati entre au Crédoc en 1988 en qualité de chargé de recherche au sein du département « Prospective de la consommation ». 

En 1991, il est nommé directeur de recherche et crée le département « Dynamique des marchés », qui lance le Crédoc sur le créneau des études sectorielles.

En 1994, à l’issue du concours d’agrégation de sciences économiques, il devient professeur des universités. Il exerce pendant quatre ans à l’Université de Poitiers.

Depuis 1998, Philippe Moati est professeur à l’Université Paris-Diderot, où il dirige le département d’économie de 1999 à 2002 et crée et dirige le master professionnel « Consultants et chargés d’études socioéconomiques ». Il est rattaché au Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces (LADYSS – UMR 7533). Jusqu’en juin 2011, il continue d’exercer la fonction de directeur de recherche au Crédoc. En 2011, il participe à la création de l’Observatoire Société et Consommation (l’ObSoCo), dont il assure la co-présidence.

L’analyse des transformations du système économique et social traverse ses différents travaux. Il est un spécialiste reconnu du commerce et de la consommation.

Il a publié en 2001 L’avenir de la grande distribution aux éditions Odile Jacob (prix de l’Académie des sciences commerciales 2002), et L’entreprise du XXIème siècle, aux Éditions de l’Aube en 2002. Il a dirigé l’ouvrage collectif Nouvelle économie, nouvelles exclusions ? paru début 2004 aux Éditions de l’Aube, ainsi que Nouvelles technologies et mode de vie : aliénation ou hypermodernité ? publié en 2005 chez le même éditeur. Il est co-auteur, avec Robert Rochefort, d’un rapport du Conseil d’Analyse Economique sur la Mesure du pouvoir d’achat (La Documentation française) qui a été présenté à Christine Lagarde, Ministre de l’Économie, en 2007 et qui a inspiré la mise en place par l’INSEE de nouveaux indicateurs. L’Économie des bouquets (Editions de l’Aube, 2008, Prix de l’Académie des sciences commerciales 2009) et La nouvelle révolution commerciale (Odile Jacob, 2011) sont ses deux derniers livres. Il a tenu une chronique mensuelle à L’Usine Nouvelle de 2006 à 2009 et a collaboré régulièrement à l’émission Service Public sur France Inter.

Philippe Moati est membre de la Commission des comptes commerciaux de la nation. Il a co-présidé le groupe de travail installé par Christine Lagarde, Ministre de l’Économie, en 2008 dont les conclusions ont inspiré la réforme du régime des mécanismes de réduction de prix contenue dans la loi de modernisation de l’économie. Depuis 2012, il est personnalité associée au Conseil Économique, Social et Environnemental.

Pascal Morand

Directeur général adjoint de la Chambre de commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France, chargé des études et de la mission consultative depuis septembre 2013, Pascal Morand a été Directeur général de l'Institut français de la mode (1987-2006) et de ESCP Europe (2006-2012).

Diplômé de l’École des hautes études commerciales (HEC), titulaire d’un DEA en sciences des organisations à l’Université Paris-Dauphine et Docteur d'État en sciences économiques à l’Université de Rouen, il a enseigné dans différentes grandes écoles et universités. Il est professeur à ESCP Europe depuis 1993.

Il est Président de l'Institut pour l'innovation et la compétitivité i7 de ESCP Europe ; Président du Conseil stratégique des Docks-Cité de la mode et du design ; membre de l'Académie des technologies ; membre de la Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG) ; membre du Comité Sup’Emploi ; membre du Comité pour la Stratégie nationale de l’enseignement supérieur (StraNES).

Pascal Morand a exercé des activités d’expertise, de conseil en économie et en analyse stratégique. Il a été notamment chargé de plusieurs missions par Christine Lagarde, alors Ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, portant respectivement sur la mondialisation, l’innovation et les normes comptables. Il a par ailleurs dirigé de nombreuses études et missions pour le compte des pouvoirs publics français et de la Commission européenne dans les domaines du textile, de la mode et du design. Il a conseillé l’Industrie et les pouvoirs publics marocains, de 2002 à 2006, dans l’élaboration de leur nouvelle politique textile et a, notamment, dirigé la mission ayant conduit au livre blanc de l’industrie textile marocaine (2003).

Ses travaux portent principalement sur les relations entre innovation et compétitivité, ainsi qu'entre économie et culture. Il est, notamment, l’auteur en 2001 de La victoire de Luther , ouvrage consacré à l’Union Economique et Monétaire en Europe. Son dernier livre, Les religions et le luxe : l'éthique de la richesse d'Orient en Occident , est paru en 2012.

Pascal Morand est Chevalier de l’ordre national du Mérite, Chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres et Commandeur de l’ordre du Ouissam alaouite.

Hervé Ossard

Hervé OSSARD est actuellement Directeur de l’IDEI (Institut d’Economie Industrielle) à Toulouse School of Economics et membre du bureau du pôle de compétivité Agri Sud-Ouest Innovation. 

Il est ingénieur Agronome (Agro Paris Tech, 1970) et titulaire d’un Master de génétique (Université de Paris Jussieu, 1969) et d’un Master en économétrie (Université de Toulouse Capitole, 1987).

Il a occupé divers postes scientifiques et managériaux en France dont Président de l’INRA Toulouse Midi-Pyrénées.

Economiste appliqué, spécialiste dans le domaine de la formation des prix agricoles et alimentaires, il a publié des articles dans diverses revues scientifiques en particuliers sur les mécanismes d’organisations des échanges (enchères, contrats). Il participe également à divers comités consultatifs.

Serge Salat

Serge Salatest architecte , urbaniste, artiste et écrivain . Il est connu pour ses travaux sur la théorie urbaine, la théorie de la complexité et ses installations artistiques fractales exposées dans le monde entier. 

Il a publié des livres novateurs sur l’art japonais, sur la théorie de l'image pour lesquels il fait référence, sur les relations entre l'art et la physique contemporaine, tout en menant en parallèle une carrière d’architecte et d’urbaniste.
Il a fondé et dirige l’Institut des Morphologies Urbaines et des Systèmes Complexes , qui explore l’aspect le plus scientifique (morphologique et énergétique) d’une préoccupation plus large sur la ville qui s’intéresse à l’anthropologie de l’espace, la morphogénèse, la politique urbaine, et la ville comme enjeu de recréation de lien social, de mutation technologique et de création de valeur économique
 
Il intègre l’ École polytechnique  en 1976 ( X1976 ), est diplômé de l’ Institut d’études politiques de Paris  (1982), docteur en sciences économiques de l’ université Paris-Dauphine . Il intègre l’ École nationale d’administration  en 1984 ( promotion Louise Michel ).
Parallèlement à ce cursus, il se passionne pour l’histoire de l’art et l’architecture. Il obtient en 1989 un doctorat en architecture de l’ École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette  et un doctorat de l’ École des hautes études en sciences sociales  en Histoire et Civilisations (2010).

Ludovic Subran

Ludovic Subran est le Chef Economiste du Groupe Euler Hermes. Il dirige le département de la recherche économique, en charge des prévisions macroéconomiques et sectorielles.

L’équipe, composée d’une douzaine d’experts, réalise près de 200 publications par an et participe à plus de 150 conférences sur des thèmes en lien avec le savoir et le savoir-faire d’Euler Hermes : scénarii conjoncturels, évolution du risque pays, perspectives du commerce mondial, prévisions de défaillances d’entreprises, analyse du risque sectoriel, et baromètre santé des entreprises.

Ludovic Subran entame sa carrière en 2002 au Ministère de l’Economie et des Finances. Il y sera enseignant-chercheur et économiste, responsable des prévisions d’inflation à  l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et développe une expertise sur le diagnostic conjoncturel en Europe. En parallèle, Ludovic enseigne l’économie et la statistique à l’ENSAE, l’ENSAI, l’ESSEC, et aux Ponts et Chaussées. En 2006, il rejoint le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies en tant que conseiller économique de la Directrice Exécutive, basé à Rome. Ludovic participe alors à la mise en place d’instruments d’analyse des besoins et de réponse à la crise dans plus d’une vingtaine de pays. En 2009, il devient économiste et chef de mission à la Banque mondiale à Washington DC où il développe des programmes d’assistance technique et de financement en Amérique latine et dans la Caraïbe.

Ludovic Subran, 32 ans, est diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Analyse de l’Information et de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. En parallèle, Ludovic enseigne à HEC à Paris et a publié plus d’une dizaine d’articles d’économie appliquée.

Olivier Torres

Olivier TORRES est président de l'AIREPME (Association Internationale de Recherche en Entrepreneuriat et PME). Il est aussi professeur à l'Université de Montpellier 1 et à l'EMLYON. Il a récemment créé l'observatoire AMAROK, premier observatoire de la santé des dirigeants de PME.

Il publie régulièrement dans le champ PME. Ses principaux ouvrages sont

  • MESSEGHEM K et O. TORRES, (à paraître) (sous la dir.), Les Grands Auteurs en Entrepreneuriat et PME, Editions EMS.
  • TORRES O (sous la dir.) (2012), La santé du dirigeant – de la souffrance patronale à l’entrepreneuriat salutaire, Editions De Boeck, 217p.
  • JOYAL A. ; SADEG M. et O. TORRES (2010) (sous la direction de), La PME algérienne et le défi de l’internationalisation – Expériences étrangères, Editions l’Harmattan, Paris, 371p.
  • JAOUEN A. et O. TORRES (2008), Les très petites entreprises : un management de proximité, Hermès Lavoisier, Paris, 378p.
  • TORRES. O (2007), La recherche académique française en PME : les thèses, les revues, les réseaux, Coll. Regards sur les PME, n°14, La Documentation française, 136p.
  • TORRES. O, (1999), Les PME, Flammarion, Paris, Collection Dominos,  128p.
  • TORRES. O, (1998) (sous la coordination de), PME : De nouvelles approches, Economica, Paris, 187p

Farid Toubal

Farid Toubal est Professeur à l’ENS de Cachan, professeur associé à l'Ecole d'Economie de Paris et conseiller scientifique au Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales (CEPII).

...

picto personalité BPI France

Etienne Wasmer

Etienne Wasmer est Professeur d’économie à Sciences Po, et co-directeur du Laboratoire interdisciplinaire d'évaluation des politiques publiques (LIEPP). 

...

picto personalité BPI France

Jörg Zeuner

Dr Jörg Zeuner est le Chef Economiste du Groupe KfW depuis 2012.

...

A découvrir aussi

Nos ambitions
L’ambition de Bpifrance Le Lab : être au service de la connaissance des PME françaises.
Nos missions
L’objectif de Bpifrance Le Lab : créer un pont entre les mondes académique et entrepreneurial pour produire un savoir inédit.

Dernièrement sur Bpifrance Le Lab