• Comment les dirigeants de PME-ETI industrielles avancent-ils dans leur  transformation ?
  • Comment perçoivent-ils la modernisation de leur outil  de production ?
  • Comment vivent-ils l’open innovation ?

Autant de  questions auxquelles nous répondons dans cette étude. 

Bpifrance Le Lab est allé à la rencontre des PME et ETI industrielles pour comprendre, sans acteur intermédiaire, la façon dont elles se projettent dans l'avenir. 

2055 dirigeants, de tous les secteurs industriels et de tous les territoires, ont accepté de répondre à notre enquête, et 32 nous ont rencontrés.

Ce travail de terrain avec un tel échantillon n’a jamais été réalisé auparavant. Le taux de réponse est 2 fois supérieur au taux moyen des études du Lab. Cela prouve que les dirigeants de PME et ETI industrielles ont envie de prendre la parole. Notre rôle est d'être leur porte-voix.

À nous de véhiculer ce qu'ils disent auprès des décideurs, des médias, de la société civile, etc. Notre propos se veut optimiste et lucide. L’industrie a un avenir en  France, à condition de lever les facteurs de blocage de la transformation. Nous proposons dans cette étude 7 pistes d’actions (cf. page 82).  La première d’entre elle sera d’écrire, avec les dirigeants, un récit national  portant sur la vision stratégique de l’industrie française qu’ils appellent de leurs vœux.



ce qu'il faut retenir

1. UN VENT D’OPTIMISME SOUFFLE  SUR L’INDUSTRIE FRANÇAISE 

70 % des dirigeants de PME-ETI sont confiants en l’avenir de l’industrie française ; 60 % anticipent un développement de leur activité au cours des prochaines années.

2. LES PME-ETI INDUSTRIELLES  SONT EN MARCHE VERS L’AVENIR

  • 63 % des PME-ETI industrielles ont initié une démarche de transformation  de leur organisation, de leur schéma industriel ou de leur business  model…
  • 37 % sont avancées dans leur transformation (ont au moins franchi  une 1re étape avec succès).
  • 68 % ont intégré au moins l’une des 6 briques technologiques  emblématiques de l’industrie du futur.
  • 32 % ont recours à l’open innovation.

3. LEUR PRIORITÉ : LA MODERNISATION  DE L’OUTIL DE PRODUCTION

  • 70 % en font un objectif important, voire prioritaire.
  • Les PME-ETI sont plutôt fières de leur outil de production. 90 %  considèrent qu’il est performant, dont 46 % le disent âgé, mais  néanmoins performant.

4. LEUR AMBITION : CONSTRUIRE UNE INDUSTRIE ATTRACTIVE 

  • Les dirigeants affichent un certain scepticisme face au discours  techno-centrique de l’industrie du futur.
  • Ils ont une approche très pragmatique des technologies : elles ne  doivent pas être « gadget », ne doivent pas menacer l’équilibre  économique, ni aller à l’encontre de la flexibilité / agilité industrielle.
  • L’avenir de l’industrie, c’est une industrie innovante, propre, qui  rayonne mondialement, qui respecte les hommes et co-innove avec  ses fournisseurs, ses clients et l’ensemble de ses collaborateurs.

5. L'URGENCE : ACCÉLÉRER LA TRANSFORMATION

  • 15 % déclarent ne pas avoir besoin de se transformer.
  • 22 % en sont encore au stade de la réflexion, alors qu’elles disent  lutter pour leur survie. 
  • Soit 37 % des entreprises qui sont en risque à 3-5 ans.

6. LES LEVIERS POUR ACCÉLÉRER

  • L’ouverture sur l’extérieur : 45 % des PME-ETI ont des partenariats  externes. Il reste 1 dirigeant sur 2 à convaincre de la nécessité de  nouer des partenariats.
  • L’innovation et l’international : une fois de plus, la corrélation entre  innovation et international se vérifie, de même que la corrélation avec  la taille. Plus l’entreprise est grande, plus elle est innovante  et internationalisée, et plus elle est avancée dans sa transformation.
  • La digitalisation doit devenir une priorité pour les PME-ETI.  Pour l'heure, 54 % considèrent que ce n'est pas un enjeu important

7. LES CHALLENGES A RELEVER PAR LES PME-ETI 

  • Faire face à la pénurie de compétences : recrutement, formation,  responsabilisation, engagement des collaborateurs.
  • Renforcer la culture client : 12 % des dirigeants partagent leur vision  stratégique avec leurs clients, beaucoup lient leur avenir à leur capacité  à innover au plus près des besoins et des usages.
  • Développer l’open innovation : 7 entreprises sur 10 n’y ont pas encore  recours.

8. UNE MOBILISATION COLLECTIVE EST NÉCESSAIRE POUR REBÂTIR UNE INDUSTRIE FORTE EN FRANCE 

  • Rendre sa fierté industrielle au pays : La French Fab doit porter une  vision stratégique et établir une feuille de route pour l’industrie française,  construite à partir du terrain.
  • Responsabiliser les grands donneurs d’ordre en faveur de la  transformation de leur supply chain.