Publié le 18.01.2018

Depuis 32 ans, Bpifrance réalise une enquête semestrielle de conjoncture à partir d'un échantillon de plusieurs milliers de PME installées en France. Les principaux paramètres économiques et financiers – activité, emploi, situation financière, investissement et financement – sont analysés avec une distinction PME innovantes et/ou internationalisées. Découvrez aujourd’hui les résultats de la 66e enquête de conjoncture PME.


L’amélioration de la situation des PME observée depuis 2016 continue de se renforcer au deuxième semestre 2017. Cette embellie conjoncturelle est généralisée tant sur le plan sectoriel que géographique. Elle devrait se poursuivre début 2018, ce qui présage de perspectives favorables pour l’activité, l’emploi et l’investissement.

Une accélération de l’activité et de l’emploi en 2017.

Les perspectives d’activité ont fortement rebondi par rapport à l’année dernière. En novembre 2017, 47% des PME anticipent une hausse du chiffre d’affaires pour l’année et 21% une baisse. Le solde d’opinion sur l’évolution de l’activité gagne 13 points en un an, à +26, favorisant d’autant l’accélération des embauches. L’indicateur d’emploi s’inscrit à +17, après +13 en mai 2017 et +9 en novembre 2016. Les deux indicateurs dépassent ainsi leur moyenne de long terme, pour le 2ème semestre consécutif s’agissant de l’activité et pour le 3ème s’agissant de l’emploi. Corollaire d’un marché du travail qui se resserre, les difficultés de recrutement exprimées par les PME progressent rapidement (38% exprimant de fortes difficultés contre 31% fin 2016), dépassant nettement le niveau ressenti en 2007.

Pour le 2ème semestre consécutif, l’accélération de l’activité est généralisée à l’ensemble des secteurs de l’économie. Elle est notamment portée par un rattrapage sur les TPE et les petites PME (ayant moins de 50 salariés). Le rebond est particulièrement important dans les secteurs encore en difficulté fin 2016, la Construction (solde d’opinion de +23 soit un redressement de 21 points sur un an), le Tourisme (+25 en hausse de 26 points) et le Commerce (+22 en hausse de 16 points).

Les PME innovantes, lesquelles représentent le tiers des PME interrogées, ont toujours une progression plus rapide de leur chiffre d’affaires que la moyenne (solde d’opinion à +38 contre +26 pour l’ensemble des PME). De leurs côtés, les PME exportatrices (le quart de l’échantillon) sont de même particulièrement confiantes sur l’évolution de leur activité en 2017. 55% des entreprises réalisant plus du quart de leur chiffre d’affaires à l’export anticipent une hausse de leur chiffre d’affaires (46% s’agissant des non internationalisées).

Un raffermissement de l’activité qui profite à l’investissement, porté par ailleurs par des conditions d’accès au crédit toujours très favorables et par l’amélioration continue de la situation financière des PME.

Le dynamisme de l’activité s’est reflété dans la progression de l’investissement. Retrouvant son niveau de novembre 2011, 54% des PME ont en effet investi en 2017, soit 3 points de plus qu’en 2016. La moitié d’entre eux ont investi des volumes plus importants qu’en 2016.

Cette accélération de l’investissement a également été permise par une poursuite de l’amélioration des conditions financières.

Depuis le point bas de 2013, la situation de trésorerie continue de s’améliorer (-7 en solde d’opinion contre une moyenne de long terme de -18,3), dépassant même son niveau d’avant crise (-8 en novembre 2007) et ce quelle que soit la taille : pour les TPE (- 6) comme pour les entreprises de 10 à 249 salariés (- 7).

Au desserrement de la contrainte de trésorerie et à de plus grandes capacités d’autofinancement s’ajoutent l’amélioration de la rentabilité (solde d’opinion de +14 contre +8 sur un an) et des conditions d’accès aux crédits toujours très favorables (seuls 7% des PME déclarent avoir rencontré des difficultés d’accès au crédit à moyen et long terme, au plus bas depuis 2011, date à laquelle la question a été introduite dans l’enquête).

Pour Philippe Mutricy, Directeur de l'Evaluation, des Etudes et de la Prospective – Président, fondateur de Bpifrance Le Lab « Commencée dès 2015 dans l’industrie et les services, mais circonscrite aux PME de taille significative, la reprise économique s’est depuis généralisée à l’ensemble de l’économie. Elle concerne aujourd’hui également les entreprises de petite taille (TPE) et les secteurs qui avaient le plus souffert de la crise, comme le bâtiment et l’hôtellerie restauration. Le niveau d’optimisme des chefs d’entreprise concernant leur avenir est au plus haut et retrouve son niveau d’avant 2007 ».

Un cycle haussier qui devrait se poursuivre début 2018.

Conséquence d’une conjoncture porteuse, les perspectives sur le chiffre d’affaires et sur l’emploi se renforcent notablement. Au mieux depuis 2007, les indicateurs prévisionnels pour 2018 s’affichent en progression, à +31 s’agissant du chiffre d’affaires (contre +22 il y a un an) et à +21 s’agissant de l’emploi (contre +14 il y a un an).

Fin 2017, 46% des PME envisagent de réaliser au moins un investissement en 2018 et 15% de plus à anticiper une hausse des dépenses plutôt qu’une baisse par rapport à 2017. Ce diagnostic favorable est porté par l’atténuation continue des freins à l’investissement. S’il reste l’obstacle majeur des entreprises, le manque de débouchés a enregistré un reflux significatif (-10 points sur un an à 50%). De leurs côtés, la rentabilité et le coût du crédit restent au plus bas.

Globalement, l’année 2018 se présente sous de bons augures pour l’activité et l’emploi. Les perspectives d’investissement restent bien orientées. Tout cela pointe vers une poursuite du cycle haussier pour les PME et un retour progressif vers le dynamisme d’avant crise. Les tensions observées au niveau du recrutement sont néanmoins à surveiller, pouvant limiter le potentiel d’investissement et de croissance des PME si elles devaient perdurer.

Pour en savoir plus

Télécharger la 66ème enquête de conjoncture Download SMES 66th Business Climate Survey Télécharger les graphiques Télécharger les séries longues de données