Après une année 2017 particulièrement dynamique, la confiance des PME semble avoir atteint un palier en 2018, les perspectives d’activité et d’emploi étant en très léger repli. L’Industrie tire toutefois son épingle du jeu, avec des indicateurs en hausse sur un an. L’investissement se montre résilient malgré des PME moins optimistes pour 2019, dans un contexte économique et politique incertain.


Lien vers le communiqué de presse 

Un tassement de la croissance de l’activité et de l’emploi en 2018.

Les perspectives d’activité sont globalement stables par rapport à l’année dernière. En novembre 2018, 47% des PME anticipent une hausse du chiffre d’affaires pour l’année et 23% une baisse. Le solde d’opinion sur l’évolution de l’activité est quasi stable, perdant seulement 1 point en un an, à +25. En cohérence avec cette tendance, les chefs d’entreprises stabilisent dans l’ensemble le rythme des embauches. À +16, le solde d’opinion sur l’évolution de l’emploi gagne 1 point par rapport à mai 2018 et en perd un sur un an. Les deux indicateurs restent ainsi plutôt bien orientés, et toujours au-delà de leur moyenne de long terme. Dans ce contexte de demande de travail toujours dynamique, les difficultés de recrutement restent un sujet de préoccupation pour une proportion importante de PME : 43% après 38% fin 2017.

À noter que les résultats de l’enquête tiennent partiellement compte de l’impact négatif sur l’activité des « Gilets jaunes » puisqu’environ 60% des réponses ont été obtenues après les premières manifestations. Les PME répondantes n’avaient toutefois à ce stade pas forcément anticipé correctement l’impact sur leur activité, le mouvement ayant perduré.

La stabilisation globale des perspectives d’activité et d’embauches masque des disparités entre secteurs :

  • L’Industrie se montre résiliente, avec des soldes d’opinion relatifs à l’activité et à l’emploi en hausse sur un an (de respectivement 2 et 3 points, à +30 et +19) et tire même son épingle du jeu, puisque c’est le seul secteur en progression sur un an.
  • Les indicateurs relatifs à l’activité et à l’emploi sont en revanche en repli sur un an dans tous les autres secteurs, de manière plus ou moins prononcée. En termes d’activité, on observe un très léger repli dans le Commerce et les Services (baisse de 1 point, à respectivement +22 et +25) mais un plus net recul dans la Construction (+19 en baisse de 4 points), les Transports (+32 en baisse de 3 points) et surtout le Tourisme (+18 en baisse de 7 points). À noter qu’au printemps, l’optimisme des PME de ces deux derniers secteurs avait été fortement entamé par les grèves de transports, ainsi que par la remontée du cours du pétrole. Du côté de l’emploi, la baisse est la plus prononcée dans les Transports (+19 en baisse de 10 points).

Les PME exportatrices, innovantes et celles ayant un effectif supérieur à dix salariés continuent d’afficher un optimisme supérieur à la moyenne. Ce semestre, les entreprises exportatrices, c’est-à-dire dont la part du chiffre d’affaires à l’international dépasse 5% (24% des PME interrogées), sont celles qui résistent le mieux, avec un solde d’opinion sur l’activité en hausse de 4 points sur un an (à +36 contre +25 pour l’ensemble des PME). Les PME innovantes, qui représentent le tiers de l’échantillon, se montrent en revanche moins enthousiastes, avec un repli du solde sur l’activité (+34, soit −4 points sur un an). Si l’on considère la taille des entreprises, les TPE sont bien moins confiantes que les entreprises de plus de dix salariés (solde d’opinion relatif au chiffre d’affaires des TPE à +8, en baisse de 7 points, contre +34 pour les PME de plus de dix salariés, en hausse d’1 point).

L’investissement se montre résilient en 2018.

En novembre 2018, 57 % des PME déclarent avoir investi ou prévoient d’investir d’ici la fin d’année, soit 3 points de plus que l’an passé. En outre, le solde d’opinion relatif à l’évolution annuelle du volume d’investissement, c’est-à-dire l’ensemble des montants investis dans l’année, est stable sur un an à +7.

Cette bonne tenue de l’investissement intervient dans un contexte où les PME continuent de bénéficier d’une situation financière aisée et de conditions d’accès au crédit très favorables. Depuis un an, l’état de la trésorerie des PME est quasi stable à un niveau élevé (solde d’opinion à −8, soit −1 point) et est identique à son niveau d’avant crise. L’accès au crédit d’investissement reste en outre aisé pour les PME, malgré une très légère hausse de la proportion d’entre elles rencontrant des difficultés pour en obtenir (8 %, soit +1 point depuis mai).

Des PME moins optimistes pour 2019.

En ce qui concerne 2019, les perspectives d’activité des PME sont en repli (solde à +24, en baisse de 7 points sur un an) mais leur optimisme n’est finalement encore que relativement peu entamé par les nombreuses incertitudes à la fois politiques et macroéconomiques tant au niveau mondial, européen ou national. En particulier, les perspectives d’embauches (solde d’opinion à +22, stable sur un an) et d’investissement (+16, en hausse d’1 point) restent solides.

Pour Philippe Mutricy, Directeur de l'Evaluation, des Etudes et de la Prospective – Président, fondateur de Bpifrance Le Lab « Cette vague d’enquête menée auprès des PME confirme le ralentissement en cours de l’économie mais montre également une certaine résilience des PME dans leurs plans d’investissement et d’embauches. Cette résilience peut surprendre à l’heure de l’intensification des inquiétudes sur le contexte économique global. Elle montre en tous cas que les anticipations des PME ne sont pas encore très fortement impactées. Il restera à voir si cette résistance de l’emploi et de l’investissement se confirme au premier semestre en cas de déceptions qui viendraient se matérialiser sur l’activité et les carnets de commande ».

Condition de réalisation de l’enquête

La 68e enquête semestrielle de conjoncture de Bpifrance Le Lab a été réalisée par interrogation de 36 070 entreprises de 1 à 249 salariés mi-novembre 2018, par voie postale ou numérique. L’analyse s’appuie sur un échantillon de 3 765 réponses reçues avant le 7 décembre.