En 2020, les PME ont subi un choc d’une ampleur inédite et vu leur situation de trésorerie se dégrader nettement, ce qui les a amenées à réviser drastiquement leurs projets dans un contexte économique incertain. Toutefois, elles déclarent en très large majorité éviter à ce stade l’impasse de trésorerie, notamment grâce à la mobilisation des dispositifs de soutien publics. Désormais, plus de la moitié de ces entreprises anticipent un retour « à la normale ».

Les perspectives d’activité pour 2020 chutent sévèrement, la correction des perspectives d’embauche reste plus modérée

Les PME révisent de façon inédite leurs perspectives de chiffre d’affaires cette année (le solde d’opinion est à +59, contre +25 en fin 2019 ; le plus bas historique). La révision des perspectives d’embauche serait plus limitée (le solde d’opinion est à -13, au-dessus du point bas de 2009 qui était à -17). Ceci est possiblement en lien avec le recours massif au dispositif d’activité partielle.

La trésorerie des PME s’est logiquement fortement détériorée, mais la très grande majorité des PME se disent en capacité de surmonter ces difficultés financières

Malgré la dégradation sensible de la situation financière des entreprises, seules 3% des PME jugent les difficultés de trésorerie rencontrées « insurmontables », compte-tenu des dispositifs de soutien sollicités. 90% des PME déclarent avoir mobilisé au moins un dispositif public, pour pallier leurs besoins de trésorerie.

Le PGE a été très fortement mobilisé, et constitue encore à date une réserve importante pour faire face aux besoins de cash dans les prochains mois

Une PME de 1 à 150 salariés sur 2 (51%) a demandé un PGE. La proportion ne varie pas selon la taille ou le secteur d’activité, à l’exception du secteur du tourisme. Seules 35% des PME déclarent avoir utilisé plus de la moitié de leur PGE pour régler les dépenses courantes passées, contre 59% qui disent avoir utilisé moins de la moitié du PGE à date de l’enquête, contre 33% « peu ou pas du tout ».

La chute de l’activité et le niveau élevé des incertitudes pèsent sur l’investissement cette année

Les entreprises révisent sensiblement leurs projets d’investissement pour l’année 2020. Les PME sont toutefois plus nombreuses à anticiper un report de leurs projets, qu’une annulation. La faiblesse de la demande est le principal obstacle à l’investissement, cité par 61% des PME. Le manque de fonds propres est quant à lui cité par 33% d’entre elles, ce qui reste inférieur au niveau des années 2015-2016. 22% des entreprises de disent « prêtes » à ouvrir leur capital, sous la forme de l’arrivée d’un nouvel associé, plutôt que d’un fonds, pour la très large majorité d’entre elles.

Seules 50% des PME anticipent un retour rapide à un niveau d’activité normal, mais dans l’ensemble, leur confiance s’améliore sensiblement depuis le confinement

Environ la moitié des PME dont le chiffre d’affaires a été négativement impacté par la crise estiment que le retour à la normale de leur activité se fera difficilement après la levée du confinement. L’autre moitié quant à elle anticipe un retour rapide à la normale de l’activité, mais sans rattrapage des pertes accumulées pendant le confinement, pour la plupart d’entre elles. Point positif ; les PME sont plus confiantes en l’avenir qu’en avril dernier, date de la dernière enquête trimestrielle de Bpifrance Le Lab, signe que la reprise est bien enclenchée !

Pour Philippe Mutricy, Directeur de l'Evaluation, des Etudes et de la Prospective – Président, fondateur de Bpifrance Le Lab, « Les résultats de notre enquête auprès de 5500 PME témoignent que la reprise de l’activité est bien enclenchée, même si elle sera progressive. Le niveau des intentions d’embauche reste supérieur à celui connu lors de la crise de 2009. L’investissement résiste avec 8 dirigeants sur 10 qui déclarent maintenir ou seulement décaler leurs projets. Par ailleurs compte tenu de l’ampleur du choc, la situation de trésorerie est étonnamment bonne, puisque la part des entreprises déclarant faire face à des difficultés insurmontables n’est que de 3%. Le regain de confiance des PME que l’on constate depuis notre baromètre d’avril laisse espérer que le pic de la crise est désormais derrière nous. »

 

Conditions de réalisation de l’enquête :

La 71ème édition de l’enquête semestrielle de conjoncture de Bpifrance Le Lab a été réalisée par interrogation de 37 000 entreprises de 1 à 249 salariés entre mi-mai et mi-juin 2020, par voie postale ou numérique. L’analyse s’appuie sur un échantillon de 5 556 réponses reçues avant le 16 juin. Des questions additionnelles ont été posées au panel numérique entre le 2 et le 16 juin 2020. L’analyse de ces questions s’appuie sur un échantillon de 2 875 réponses, redressées par taille et secteur d’activité.