Les entreprises de la mode traditionnelles font face à de nombreux défis : concurrence des pays à bas coûts de production, montée en puissance du low cost et de la fast fashion, développement des pure players, etc. Ces différentes dynamiques ont contribué à profondément modifier l’univers concurrentiel de ce secteur et à redéfinir les attentes des consommateurs. Dans un tel contexte, les acteurs de la mode ne peuvent plus conduire leur activité comme ils le faisaient jusqu’à maintenant. Le digital les confronte à une question fondamentale : comment se différencier, au service de l’expérience client ?



Pourquoi ce guide ?

Notre ambition, dans ce guide, est de repartir des problématiques business auxquelles sont confrontés les acteurs de la mode et de montrer comment le digital peut être un levier pour y répondre. Exemple: comment profiter de la vente en ligne pour augmenter son chiffre d’affaires ?

Notre parti pris : la transformation digitale ne se limite pas à une simple digitalisation des outils et process. La technologie est un élément clé, mais elle n’est qu’un moyen. Conduire sa transformation digitale est un chantier global visant à adapter sa marque, son positionnement et son fonctionnement à de nouveaux besoins exprimés par les consommateurs.

A qui s’adresse ce guide ?

Dans ce guide, nous nous adressons à vous, dirigeants d’entreprises de la mode. L’objectif est de vous aider à y voir plus clair dans la façon de mener votre transformation digitale, en tenant compte des spécificités de votre secteur d’activité.

Comment fonctionne ce guide ?

→ Nous consacrons une fiche aux 3 problématiques principales que nous avons identifiées :

Ouvrez nos fiches et venez découvrir les conseils du Lab.  Dans chaque fiche, vous trouverez :

  1. Les enjeux clés ;
  2. Le témoignage d’un dirigeant d’une marque de mode ;
  3. Les décisions stratégiques qui relèvent de votre rôle de dirigeant ;
  4. Les premières actions à lancer.

2 Fiche 2 : De nouveaux relais de croissance grâce au e-commerce

Bpifrance le lab mode et digital fiche e-commerce de BpifranceLa mode et l’habillement constituent le premier secteur d’achat des Français sur internet : 66 % des e-acheteurs ont fait l’acquisition d’au moins un article de mode en ligne en 2017.Développer un site marchand constitue aujourd’hui un impératif pour un acteur de la mode. C’est d’abord un enjeu financier, le marché du e-commerce devant atteindre 90 milliards d’euros en 2018. Mais c’est aussi un enjeu de visibilité et de crédibilité aux yeux du consommateur. Comme nous l’a déclaré Dominique Seau, président du groupe Eminence, « si vous n’êtes pas visible et bien référencé sur Internet, cela peut vous mettre en péril sur le offline ».Lorsque l’on se lance dans une stratégie de e-commerce, il est donc fondamental de ne pas seulement regarder la rentabilité de son site « en vase clos » : c’est un investissement global, un instrument de conquête qui peut rejaillir positivement sur la performance offline. Selon une enquête réalisée par Oxatis fin 2017, 65 % des e-commerçants observent un impact positif de la vente en ligne sur leurs magasins physiques, en termes de chiffre d’affaires, de fréquentation et d’accroissement de la zone de chalandise.
Lire la suite

3 Fiche 3 : L’omnicanal comme cible, offrir une expérience sans couture à ses clients

Bpifrance le lab mode et digital fiche omnicanal de BpifranceLes ventes internet sur mobile ont augmenté de 50 % en 2017 : elles représentent plus de 20 % du chiffre d’affaires des sites e-commerce, et même plus de 30 % pour les sites les plus importants.Ces chiffres sont révélateurs des nouvelles pratiques d’achat des consommateurs : l’entrée en relation avec une marque ne se fait plus exclusivement à l’intérieur d’un magasin, mais depuis chez soi, au travail ou dans la rue ; par l’intermédiaire d’un ordinateur, d’un smartphone, d’une tablette, ou parfois des trois en même temps.Le digital multiplie les points de contact potentiels entre une entreprise et ses clients. Cette diversité des canaux et la complémentarité entre eux constituent un levier de développement pour les acteurs de la mode : un baromètre Fevad/CSA montre par exemple qu’en 2017, 33 % des e-acheteurs ont réalisé des achats complémentaires en magasin lors du retrait de leur commande.Pour exploiter au mieux cette opportunité, il convient néanmoins d’assurer une cohérence dans l’expérience d’achat et de communication proposée à travers ces différents canaux : les clients n’y trouveront pas nécessairement les mêmes produits ou promotions, mais, au global, ils doivent avoir accès à une expérience de marque homogène et fluide, quel que soit le point de contact avec l’entreprise.
Lire la suite